Le cal vicieux du poignet

On appelle cal vicieux la consolidation en position anormale d'un os aprés une fracture. Il existe une déformation de l'os souvent visible à l'oeil nu car le membre est déformé, et les mouvements peuvent être modifiées par cette complication de la fracture.

L'avant-bras est composé de 2 os : le radius et cubitus ou ulna. Le radius tourne autour de l'ulna, ce qui permet les mouvements appelés pronation et supination.

  • Le radius s'articule aussi avec le carpe composé de petits os, et l'ensemble constitue l'articulation du poignet. Les fractures du radius sont parmis les plus fréquentes. Elles peuvent être au dessus de l'articulation (extra-articulaires) ou traversant l'articulation (articulaires), ce qui est plus grave car le mécanisme de l'articulation et son glissement normale sont endommagés.

Le cal vicieux est une complication d'une fracture du radius. Il peut donc être extra-articulaire ou articulaire.

Les symptômes

Il y a d'abord une déformation du poignet avec une saillie de l'ulna et donc un préjudice esthétique. Mais il y a souvent des douleurs localisées sur l'articulation du poignet, et aussi du côté de l'ulna. Ces douleurs augementent aux mouvements, surtout lors de la prono-supination, dans les mouvements d'inclinaison et lors des efforts.

Il peut y avoir aussi des fourmillements dans les doigts , surtout la nuit (syndrome du canal carpien). Cette douleur existe aussi quand on appuie au niveau des déformations.

Il y a aussi une diminution de la mobilité du poignet avec changement de secteur de mobilité. Il peut y avoir une augmentation de l'extension et une diminution de la flexion ou l'inverse selon la direction du cal vicieux. Il y a souvent une diminution de la pronosupination, surtout de la supination, ce qui peut être trés gênant. La mobilité des doigts et de l'extension du pouce peuvent aussi être diminuées.

Enfin, la force musculaire est diminuée, de même que la force de serrage de la main. Ceci dépend aussi de la douleur et du raccourcissement, et de la déformation du radius.

Les examens complémentaires

  • Les radiographies de face et de profil vont apprécier le raccourcissement du radius et sa déformation, l'aspect de l'articulation radio-ulnaire distale (le rapport entre les deux os de l'avant-bras). Le radius, mais parfois aussi l'ulna sont déformés etil y a souvent une non-consolidation de l'extrémité distale de l'ulna. Il peut y avoir une disjonction des deux os qui ne sont plus en contact ou une incongruence, c'est à dire les deux os ne sont plus à la même hauteur.
  • Le scanner permet de mieux apprécier les fragments osseux déplacés. Il peut être complété par une injection qui réalise l'arthroscanner, et qui permet de bien voir les cartilages et les ligaments qui peuvent avoir été déchirés lors de la fracture.
  • L'IRM n'est pas trés utile.

Le traitement

Le traitement d'un cal vicieux du poignet consiste le plus  souvent en une ostéotomie, c'est à dire que l'on coupe le radius au niveau de la déformation, qu'on remet l'os en place dans un alignement normal, et que l'on fixe cet os par du matériel qui est soit une plaque, soit une série de broches.

Suivant la solidité du système, on met un plâtre pour cinq semaines, ou on permet une mobilisation douce dès la première semaine. Dès que la consolidation est affirmée par les radios, on peut entreprendre une rééducation pour regagner le maiximum de mouvements.

Parfois, les troubles ne portent que sur la prono-supination, et l'intervention porte alors seulement sur l'ulna : raccourcissement par résection (Opération de Darrach ou vissage des deux os, en enlevant un cylindre d'os pour permettre le mouvement (intervention de Sauvé Kapandji).

Les risques évolutifs

La consolidation osseuse est le plus souvent obtenue.

Les complications peuvent être :

  • une raideur du poignet qui ne récupère pas complètement malgré la rééducation.
  • la rupture du long extenseur du pouce est une complication rare.
  • l'algodystrophie est une complication commune à toutes les interventions sur le membre supérieur, et elle survient dans 2 à 3 % des cas

Ces opérations sont conseillées en cas de douleur, diminution de la fonction, mobilité, force musculaire et parfois pour des raisons esthétiques.