Le canal carpien

La pathologie 

Il s'agit d'une compression du nerf médian au niveau du poignet. A cet endroit, le nerf passe avec les tendons des doigts dans un tunnel inextensible.

Cette pathologie affecte surtout la femme autour de la cinquantaine ou chez la femme enceinte, mais on peut également la retrouver chez l'homme ou le sujet jeune. Les premiers symptomes se manifestent par des fourmillements dans les doigts pendant la nuit.

Un examen doit être impérativement pratique : L' ELECTROMYOGRAMME: il confirme le diagnostic et indique le degré de l'atteinte (atteinte des muscles du pouce).

En fonction du degré de compression , deux traitements peut être proposés :

  • une infiltration de corticoïde qui soulage les fourmillements durant une période variable (à noter une aggravation des signes pendant 48 heures aprés l'infiltration)
  • une intervention chirurgicale : son but est de supprimer la compression par la section du toit du canal carpien.

Deux techniques opératoires possibles :

Technique ouverte dite classique : incision de 1.5 cm à 4 cm

Technique par vidéochirurgie (endoscopie) : incision de 0.5 cm à 1.5 cm

L'anesthésie

Plusieurs types d'anesthésie sont possibles :

  • Anesthésie générale
  • Bloc plexique
  • Endo-veineuse
  • Loco-régionale

Ce choix sera déterminé par l'anesthésiste lors de la consultation (consultation obligatoire minimum 48 heures avant l'intervention selon le délai légal)

L'hospitalisation

Le patient est acceuilli dans un service de chirurgie ambulatoire

La technique opératoire par endoscopie

La section du ligament annulaire antérieur est un acte chirurgical réalisé au bloc opératoire dans des conditions rigoureuses d'aseptie.

Premier temps :

L'incision est réalisée dans un pli naturel du poignet. Confort et esthétique sont ainsi réunis pour une réhabilitation rapide de l'usage de la main.

Deuxième temps :

Aprés incision, la libération de la force profonde du ligament est effectuée pour favoriser sa visualisation durant toute l'intervention. Les bords "mousse" de la spatule évitent tout traumatisme pour les tissus environnants.

Troisième temps :

Un dilatateur canalaire "mousse" prépare l'introduction du dispositif vidéochirurgical.

Quatrième temps :

La dilatation est parachevée à l'aide d'un dilatateur de dimension égale au porte-lame.

Contrôle visuel avant section

Cinquième temps :

La section est réalisée en permanence sous contrôle visuel . Pour des raisons d'aseptie, le dispositif permettant la section est à usage unique : une lame par intervention.

Les suites opératoires

Un pansement léger est appliqué pendant 2 jours, puis la main est libérée.

ceci permet de mouiller la main à partir du deuxième jour (mais pas d'immersion pendant 15 jours).

L'utilisation de la main opérée est recommandée dès le lendemain de l'intervention, en évitant toutefois la prise  en force.

Les douleurs post-opératoires sont minimes et de courte durée (quelques semaines)

  • Douleur au niveau de la paume de la main
  • Baisse de la force
  • Douleurs à la torsion

La technique par endoscopie permet :

  • L'absence de cicatrice
  • Une douleur palmaire atténuée
  • Une récupération rapide des fonctions de la main
  • Un résultat esthétique excellent.

La récidive est inhabituelle mais n'est pas exclue.