Le doigt à ressaut

Le doigt à ressaut est une affection trés fréquente. Cela commence par une gêne douloureuse au niveau de la paume lors des mouvements de flexion et d'extension d'un doigt, en règle générale plus importante le matin au réveil.

Tout le monde peut présenter un doigt à ressaut même les bébés, mais ce sont les femmes d'âge moyen qui sont le plus souvent atteintes. Le diabète est un facteur de risque de doigt à ressaut.

Pour comprendre l'origine du doigt à ressaut, il faut connaître la disposition anatomique des tendons fléchisseurs  au niveau des doigts de la main. Ces tendons font suite au corps musculaire situé à l'avant-bras. Ils traversent la paume et se terminent à l'extrémité des doigts. Lorsque vous pliez les doigts, ces tendons ne prennent pas la corde : ils sont plaqués contre les phalanges par des "poulies de réflexion", c'est à dire des petits tunnels, analogues au câble de frein d'un vélo qui parcourent le cadre. Ce système de tendon et de poulies est extrêmement ajusté, et il suffit d'un petit épaississement du tendon même trés localisé  pour entrâiner un bloquage. c'est ce qui se produit lors du doigt à ressaut : Le tendon s'épaissit localement, et peut former un nodule qui a du mal à passer sous la poulie qui se trouve dans la paume de la main.

L'épaississement du tendon se produit le plus souvent sans cause précise. Parfois, il semble y a voir une relation avec un geste manuel répétitif mais ce n'est pas toujours le cas, ex : taillage de haie, découpage répétitif... Le plus souvent, il s'agit d'une inflammation chronique qui établit un cercle vicieux : Le frottement du tendon aggrave l'inflammation, qui épaissit le tendon, augmentant le frottement.

Les symptômes du doigt à ressaut

Typiquement en étendant le doigt il se produit un ressaut débloquant brutalement l'extension. Le diagnostic est alors évident.

La gêne est plus importante le matin.

A un stade ultérieur, il faut parfois s'aider de l'autre main pour allonger complètement le doigt le passage est alors souvent trés douloureux. Le doigt peut parfois rester complètement bloqué en flexion.

Les examen complémentaires utiles

Aucun a priori, il s'agit d'un diagnostic clinique.

La radiographie ne montre rien.

  • Une échographie peut montrer un épanchement dans la gaine du fléchisseur.
  • Une IRM montrera une inflammation du tendon et un épanchement liquidien.

Ces deux examens sont la plupart du temps non utile au diagnostic.

Le traitement du doigt à ressaut

Plusieurs traitements sont possibles :

Le repos : pour les cas bénins et lorsque cela est possible, la mise au repos du doigt peut suffire à faire disparaître les symptômes. Le repos consiste à éviter les travaux manuels et répétitifs.

L'infiltration : elle consiste à injecter localement un produit corticoïde type Altim®. Il s'agit d'un médicament anti-inflammatoire dont l'effet est d'atténuer l'inflammation locale, et donc de faire dégonfler l'épaississement tendineux. L'infiltration est douloureuse environ 48 heures, et l'effet de l'infiltration est retardé de quelques jours . Deux infiltrations à quinze jours d'intervalle sont souvent nécessaires.

La chirurgie : il faut avoir recours à la chirurgie si les deux autres traitements sont inefficaces. L'intervention est réalisée sous anesthésie loco-régionale en ambulatoire. L'intervention consiste à libérer le tendon. Cette ténolyse est réalisée en élargissant la poulie au niveau de la paume de façon à faciliter le passage du tendon.

Les risques

Des adhérences peuvent se produire et limiter la course tendineuse, justifiant alors une rééducation post-opératoire.

Des cas d'infection responsable de phlegmons, de lésion nerveuse ou artérielle sont décrits mais restent exceptionnels.

L'évolution

Aprés l'intervention, il n'y a ni attelle ni rééducation, et un simple pansement est conservé quelques jours. La récupération est généralement complète au bout de trois semaines.