Les tendinites de la main et du poignet

Les tendinites sont des inflammations aigües ou chronique touchant les tendons et souvent, également leurs insertions osseuses (enthésite), leurs gaines synoviales (ténosynovite) ou leurs bourses séreuses (bursite).

Les tendinites ont souvent une origine traumatique liée :

  • soit fréquemment à des micro-traumatismes entraînés par des gestes répétitifs effectués au cours d'activités professionnelles, dans la vie courante ou lors de la pratique de certains sports.
  • soit à des conflits entre le tendon et des aspérités osseuses arthrosiques ou d'origine traumatique.

Les symptômes ne diffèrent que par le siège du ou des tendons atteints. Près d'une dizaine de localisations peuvent exister au niveau de la main et du poignet. Typiquement, les tendinites entraînent une douleur lors de la mise en tension des tendons, une douleur à la pression du relief tendineux, parfois un gonflement local douloureux et une douleur à l'insertion osseuse du tendon. A un stade ultime de l'évolution, une rupture spontanée du tendon peut survenir.

Le traitement chirurgical n'est indiqué qu'en cas d'échec du traitement médical (anti-inflammatoires, immobilisation, rééducation). Il s'effectue le plus souvent sous anesthésie locale ou loco-régionale. L'incision cutanée est centrée sur le tendon atteint. Certains tendons possèdent une coulisse étroite qu'il peut être nécessaire d'ouvrir pour accéder à la zone tendineuse malade.

L'intervention peut comporter selon les cas :

  • une plastie de la gaine,
  • une ablation de la gaine tendineuse (ténosynovectomie),
  • un peignade tendineux,
  • une excision des zones de destruction tendineuse (nécrose),
  • une excision des aspérités osseuses,
  • une reconstruction de la coulisse tendineuse.

Aprés l'intervention, une immobilisation transitoire suivie d'une rééducation est parfois nécessaire.

Il existe des risques comme aprés toute intervention chirurgicale :

  • les adhérences tendineuses qui justifient une rééducation prolongée
  • des irritations locales péri-cicatricielles
  • une infection post-opératoire est toujours possible